Randos et balades

Refuge Avérole

MAURIENNE -  BESSANS -  Dénivellé: 420 m -  Altitude maxi: 2229 m
retour accueil
recherche par mot-clé
contact
twitter
Randonnée Refuge Avérole
A la sortie de Bessans, au lieu-dit La Bessanaise, prendre sur la droite, la route qui mène au parking des Vincendières (1830m). Traverser le pont qui enjambe le torrent de l'Avérole pour effectuer la montée rive gauche. Celle-ci se fait sans difficultés et l'on passe successivement en face des hameaux des Vincedières, puis celui de l'Avérole. On aperçoit de loin le refuge qui se découpe sur les sommets en arrière-plan. Revenir sur la rive droite, avant d'aborder la montée un peu plus raide qui nous mène au refuge (2229m) en passant devant l'Oratoire de l'Arcelle. Magnifique point de vue sur les sommets qui marquent la frontière avec l'Italie: L'Albaron (3637m), Pointe d'Arnès (3218m), Ouille d'Arbéron (3554m). De nombreux glaciers (Arnès, Arbéron) sont encore accrochés a ces sommets. Le refuge peut aussi être le point de départ vers d'autres randonnées (glacier d'Arnès, vallon de la Lombarde). La redescente par la rive droite, nous permet de passer dans les hameaux aux toits de lauzes. (Avérole)
La lauze:  La lauze (ou lause) est une pierre plate, de schiste ou de calcaire relativement dur. Plus épaisse que l'ardoise, elle provient généralement de lauzières, carrières exploitées ou pierriers naturels. Au-delà d'une certaine altitude, la culture du seigle et des autres céréales source de chaume n'est plus possible, ce qui a contraint les habitants des montagnes à trouver un remplacement pour couvrir leurs toits. La lauze s'est imposée, dans certaines régions, du fait qu'elle offre une bonne isolation thermique ainsi qu'une grande résistance. (Origine WikiPédia)
Recherche randonnées - Saisie du mot-clé (chamois, veneon, ...)
  • MERCANTOUR
  • OISANS
  • ARIèGE
  • VANOISE
  • QUEYRAS
  • GIFFRE
  • MAURIENNE
  • PAYS CATALAN
  • VALLéE CLARéE
  • HAUTE UBAYE
  • VALLOUISE
  • VALGAUDEMAR
  • Celui dont l'esprit est en repos possède toutes les richesses. N'en est-il pas de même pour celui dont le pied est enfermé dans une chaussure, et qui marche comme si toute la surface de la terre était recouverte de cuir... HD.Thoreau