Randos et balades

Lac d'Anterne

GIFFRE -  PRèS DE SIXT FER à CHEVAL -  Dénivellé: 1030 m -  Altitude maxi: 2121 m
retour accueil
recherche par mot-clé
contact
twitter
Randonnée Lac d Anterne
Du village de Sixt Fer a Cheval, prendre la route de Salvagny qui nous fait passer devant la superbe cascade du Rouget, et poursuivre jusqu'au parking du Lignon (1180m). Prendre le chemin large qui part tout droit et nous mène aux cascades de la pleureuse et de la sauffraz au bout d'une petite heure de montée assez raide. Juste plus haut continuer le GR5 sur le sentier de gauche en direction du Collet d'Anterne. Monter sur le petit sommet où est située la croix et admirer le panorama: vue sur Sixt, le cirque des Fonds. Poursuivre le chemin vers une zone d'éboulis, avec à droite la pointe de Sales et la barrière des rochers des Fiz. Dans la clairière, traverser à gauche, la rivière et continuer vers les chalets d'Anterne (1810m). Prendre le temps de se désaltérer, avant de grimper le long de la barrière rocheuse, qui précède l'arrivée au lac d'Anterne (2060m). Point de vue magnifique avec en toile de fond la pointe d'Anterne. Vous pouvez poursuivre le GR5 jusqu'au col d'Anterne pour la vue sur la vallée du Mont-Blanc. Hélas, pour nous, en ce mois de Juin 2003, l'enneigement était encore trop important! Revenir par le même chemin.
Les Rochers des Fiz:  Les Rochers des Fiz Les Rochers des Fiz dominent les alpages d'Anterne par une falaise de 700 mètres de hauteur qui s'étire du nord au sud entre la pointe de Salles et la pointe d'Anterne. Leurs impressionnantes falaises forment, depuis la Pointe de Platé au sud-ouest jusqu'à celle de Sales au nord-est, une barrière pratiquement continue qui se coude à angle droit à la Pointe d'Anterne.
Recherche randonnées - Saisie du mot-clé (chamois, veneon, ...)
  • MERCANTOUR
  • OISANS
  • ARIèGE
  • VANOISE
  • QUEYRAS
  • GIFFRE
  • MAURIENNE
  • PAYS CATALAN
  • VALLéE CLARéE
  • HAUTE UBAYE
  • VALLOUISE
  • VALGAUDEMAR
  • Celui dont l'esprit est en repos possède toutes les richesses. N'en est-il pas de même pour celui dont le pied est enfermé dans une chaussure, et qui marche comme si toute la surface de la terre était recouverte de cuir... HD.Thoreau